tout droit reservé
une oeuvre de
Douala - Akwa .... rue Bébey Eyidi
Yaoundé - montée jouvence
Italie
Belgique
c
groupementbabountou.com       
juin 2014
J JOURNALISTE GROUPEMENTBABOUANTOU.COM  : bonsoir madame LAKOCHE BRIGITTE   : bonsoir JOURNALISTE   GROUPEMENTBABOUANTOU.COM    :   nous   vous   sollicitons   une   fois   de   plus   aujourd’hui   pour parler   cette   fois   de   la   recette   du   taro,   bref   comment   faire   pour   concocter   un   bon   taro. Au   fait   madame, pourrions-nous savoir votre nom ? LAKOCHE BRIGITTE   : je me nomme LAKOCHE BRIGITTE . JOURNALISTE   GROUPEMENTBABOUANTOU.COM    :   sans   être   indiscret,   depuis   combien   de   temps   connaissez- vous préparer ce met si apprécié par plus d’un ? LAKOCHE BRIGITTE   : selon mon estimation, ça fait environ quinze ans (15 ans)  que je le fais. JOURNALISTE   GROUPEMENTBABOUANTOU.COM :   vu   le   temps   mis,   on   peut   conclure   que   vous   maitrisiez vraiment   la   préparation   de   ce   met   et   qu’en   plus,   vous   avez   de   l’expérience.   En   effet,   pouvez-vous   nous donner la recette pour préparer un plat de taro par exemple pour cinq personnes ? LAKOCHE   BRIGITTE    :   pour   préparer   un   plat   de   taro,   on   peut   commencer   à   apprêter   la   sauce   ou   vice versa,   cela   dépend.   Si   je   suis   seule,   je   vais   d’abord   commencer   par   faire   la   sauce   et   je   dépose.   Voici   les ingrédients nécessaires pour cette sauce : - Le  gaalapsang (racine sucrée) - Le sissieu - Le gaagni - Le cockieu - Le melap - Le medank - Le tcheetcheu - Le djangvieu - Le zigsoo - Le piment - Le sel - Le kapwoua (sel gemme) - Le kapwoua traditionnnel (sel gemme fait à base de la cendre) JOURNALISTE GROUPEMENTBABOUANTOU.COM  : comment prépare-t-on la sauce ? LAKOCHE   BRIGITTE    :   En   ce   qui   concerne   la   préparation,   après   avoir   apprêté   tous   ces   condiments,   on les   écrase.   On   chauffe   la   quantité   d’eau   requise   pour   la   quantité   de   sauce   qu’on   désire.   Quand   l’eau est   chaude,   on   la   dépose   et   on   y   ajoute   le   sel   gemme   et   l’huile   rouge. Après   avoir   mélangé   tout   cela, on   y   ajoute   les   condiments   qu’on   a   écrasé   d’avance   et   on   mélange   jusqu’à   obtention   d’un   liquide homogène.   On   le   fait   avec   une   assiette   qu’on   ramasse   et   on   verse   au   fur   et   à   mesure.   Ensuite,   quand tout   est   enfin   prêt,   on   y   ajoute   le   sel   et   on   jette   dedans   un   piment   non   écrasé.   Avant   de   servir,   il faudrait   au   préalable   tamiser   cette   sauce   pour   retirer   les   déchets   de   condiment   restés   au   fond   de   la sauce. Ainsi,   on   devra   la   déguster   sans   ressentir   le   désagrément   causé   par   les   petits   grains   qui   restent souvent   au   fond.   On   peut   aussi   y   mettre   du   cube   pour   ceux   qui   le   désirent,   sinon   on   le   dépose   à   coté du plat quand on doit servir.    Au   fait,   pour   que   la   sauce   soit   lourde,   il   faut   mettre   beaucoup   d’huile   rouge.   Par   exemple,   pour   un litre   et   demi   de   sauce,   on   a   besoin   d’un   demi-litre   d’huile   rouge.   Avec   tous   ces   ingrédients   cités   plus haut, on est sûr d’avoir une bonne sauce bien concoctée. JOURNALISTE GROUPEMENTBABOUANTOU.COM  : en ce qui concerne le taro, que doit-on faire ? LAKOCHE   BRIGITTE    :   pour   le   taro,   on   doit   d’abord   peler   les   tubercules   avant   de   les   préparer. Ainsi,   ce sera   facile   de   piler   quand   on   est   seule.   D’autres   personnes   préfèrent   préparer   sans   piler.   Pour   ce   faire, il   faudrait   que   vous   soyez   au   moins   à   deux   ;   l’une   des   personnes   pelle   et   l’autre   pile   immédiatement pour   éviter   que   cela   ne   se   refroidisse   et   soit   difficile   à   avoir   une   pate   bien   molle   sans   boule.   Aussi,   il faut   éviter   de   mettre   les   tubercules   qui   ne   sont   pas   bien   cuits   sinon   on   aura   les   boules   dans   le   taro,   et ce n’est pas agréable quand on le déguste. En   effet,   je   conseille   à   toute   personne   de   préparer   le   taro   sans   peler   puisque   de   cette   manière,   on trie   plus   facilement   les   mauvais   tubercules   et   ainsi   on   évite   d’avoir   les   boules   quand   on   finit   de   piler. C’est   la   meilleure   façon   de   bien   piler   le   taro,   d’après   mon   expérience   après   toutes   ces   années   de pratique. JOURNALISTE   GROUPEMENTBABOUANTOU.COM    :   maintenant   que   le   repas   est   prêt,   comment   doit-on servir à table ? LAKOCHE   BRIGITTE    :   on   doit   d’abord   attacher   ce   taro   en   petites   boules   dans   les   feuilles   de   bananier préalablement   passées   dans   de   l’eau   chaude   pour   les   ramollir.   Après   ceci,   on   doit   mettre   dans   une assiette   pour   pouvoir   servir   à   table   sans   difficulté,   accompagné   de   la   sauce   bien   sûr.   Ainsi,   chacun après   avoir   lavé   les   mains   devra   se   servir   à   son   gré   et   de   ce   fait   déguster   ce   plat   avec   appétit   avec   les mains   d’après   la   tradition.   Au   fait,   ce   n’est   pas   une   obligation   de   manger   avec   les   mains   puisqu’on peut   aussi   le   faire   avec   la   cuillère,   mais   ce   n’est   pas   élégant   d’après   ceux   qui   apprécient   le   taro   et veulent le consommer comme c’est de tradition. On   doit   mettre   le   taro   dans   son   assiette,   faire   un   creux   au   milieu   et   ainsi   verser   la   sauce   dans   ce   creux pour   éviter   qu’elle   s’éparpille   un   peu   partout.   De   cette   manière,   on   pourra   le   dégusté   sans   souci   de voir la sauce se versée sur la table ou sur soi. JOURNALISTE   GROUPEMENTBABOUANTOU.COM    :   que   doit-on   mettre   d’autre   dans   la   sauce   pour   quelle soit appétissante ? LAKOCHE   BRIGITTE    :   on   doit   aussi   associer   à   cela,   le   kovapot   (c’est   une   sorte   de   poisson   fumé   très bien   et   beaucoup   apprécié   dans   la   sauce   du   taro)   ;   on   peut   aussi   ajouter   la   peau   du   bœuf   ou   sa serviette   (les   tripes).   Pour   finir,   on   peut   arroser   cela   avec   un   bon   vin   rouge   si   on   a   les   moyens   de   le procurer ou bien du vin blanc (vin de raphia). JOURNALISTE   GROUPEMENTBABOUANTOU.COM    :   merci   de   nous   avoir   permis   une   fois   de   plus   de   donner à   plusieurs   personnes   qui   nous   suivent   la   recette   de   ce   bon   plat   qu’est   le   taro,   un   met   très   prisé   par les   amoureux   des   plats   traditionnels,   le   plat   du   chef   dira-t-on.   Grace   à   tout   ceci,   nous   sommes   sûr   que plus d’un s’intéresseront à ce plat et pourront la préparer grâce à ta majestueuse explication. Ainsi,    nous    permettrons    surtout    aux    jeunes    de    retrouver    leur    identité    perdue    à    cause    de    la mondialisation.   Une   fois   de   plus   merci   pour   ces   précieux   conseils   prodigués   à   ceux   qui   veulent   aussi préparer   ce   met   et   surtout   pour   votre   précieux   temps   que   vous   nous   aviez   accordé   et   à   bientôt   pour une prochaine interview concernant ce domaine que vous métrisiez tant. LAKOCHE BRIGITTE   : merci et à bientôt. Beaucoup de chose au site groupementbabouantou.com !
NOUS RECOMMANDONS AUSSI  
GROUPEMENT BABOUANTOU
Aimer son frère c’est lui tendre la main
S.M Majesté KALEUK      MOUGOUE Pierre
Chef Supérieur Roi BABOUANTOU
Président codepouantou
wambé MBuh ngoh  Norbert Mbouthieu