tout droit reservé
une oeuvre de
Douala - Akwa .... rue Bébey Eyidi
Yaoundé - montée jouvence
Italie
Belgique
c
groupementbabountou.com       
juin 2014
NOUS RECOMMANDONS AUSSI  
Journaliste www.groupementbabouantou.com : Maman, bonjour ! Madame claire : Bonjour, mon fils. Journaliste www.groupementbabouantou.com : Nous sommes entrain de faire une interview sur l’auto portrait qui consiste à relever les talents de notre cher Groupement, j’ai nommé groupement BABOUANTOU. En effet, nous savons que vous aviez déjà beaucoup fait pour le groupement en particulier dans le domaine de l’enseignement depuis des années et que vous continuez de le faire encore aujourd’hui. Auriez-vous l’amabilité de vous présenter à tous ceux qui suivront cette interview ? Madame claire  : Je suis MADAME YAPTANG né  DJEUGUET  TOFFOSSI  CLAIRE. Journaliste www.groupementbabouantou.com  : Pouvons- nous savoir la date de votre naissance ? Madame claire : Je suis né vers 1959. Je voulais aussi vous faire savoir que j’ai vécu le maquis, j’ai vu également les têtes des maquisards coupées. Journaliste www.groupementbabouantou.com  : Les parents étant avertis et prévoyant vous ont envoyé à l’école étudier. Pouvez-vous nous décrire votre parcours scolaire ? Madame claire : En 1964, j’ai commencé avec la SIL, qui se dénommait en ce temps là le jardin d’enfant. Après, j’ai acheminé à l’école des filles à BAFANG jusqu’en 1970 au CM1. Ensuite, j’ai continué à BABOUANTOU au CM2 en 1970 -1971. Malheureusement, je n’ai pas pu avoir le CEPE. Je l’ai obtenu après à l’école publique de BAMESSINGUE à MBOUDA en 1973 – 1974. Après l’obtention de ce diplôme, le CEPE parce qu’on l’appelait à cette période  là le CEPE (Certificat d’Etude Primaire et Elémentaire). Nous sommes revenus ici au village et monsieur DJEUMO JOSEPH paix à son âme, a construit son collège appelé COLLEGE POUANTOU. Et ensuite, il a lancé un appel pour recruter tous les élèves qui avaient obtenu le CEPE pour les inscrire en sixième dans son collège, et j’ai été heureuse d’être compté parmi ceux qui ont été retenus.  De 1974 à 1979 durant mon parcours scolaire au secondaire, j’ai pu décrocher mon diplôme de fin de premier cycle en l’occurrence le BEPC. Nous étions à six et j’étais la seule fille, c’est-à-dire une fille et cinq garçons en 1979. Depuis notre séparation en cette période là, nous nous rencontrons toujours grâce à l’association que nous avions créée nommée CERCLE DES ANCIENS DU COLLEGE POUANTOU en abrégé CACOP reconnue même par l’Etat depuis l’ère de monsieur KEPTA PAUL président général en cette période, qui est en ce jour commissaire. Nous exhortons tous ceux qui ont fréquenté au COLLEGE POUANTOU, même ceux qui n’ont fait qu’un petit séjour de venir s’adhérer à l’association pour que nous soyons ensemble pour faire vivre toujours notre collège qui nous reste toujours inoubliable car sans celui-ci, nous ne serions pas où nous sommes aujourd’hui. Après le BEPC, je n’ai plus pu continuer mes études. C’est grâce à ce diplôme que j’ai pu faire le concours de l’ENIA, et après obtention je suis devenue institutrice et vous constatez que  j’enseigne encore jusqu’aujourd’hui, précisément  à L’ECOLE MATERNELLE DE BANDJA VILLE. Journaliste www.groupementbabouantou.com  : Très bonne motivation, bonne continuation et nous sommes très contents même pour BABOUANTOU. Madame claire  : Merci .En ce qui concerne la suite, j’ai été recrutée comme maitresse bénévole à l’école publique de BABOUANTOU en 1982. En 1984, bien que mon papa soit décédé  le 18 mai 1984 j’ai fait mon concours de l’ENIA et DIEU merci j’ai pu le décroché par la bénédiction de mon père je crois, et je suis allée à l’ENIA d’EDEA. A la sortie, on m’a affecté à l’école publique de BATCHIEU. Après un an, je suis rentrée à l’école publique de BABOUANTOU. Pendant plusieurs années, j’ai continué à exercer mon métier dans cette école jusqu’en 2011 où j’ai été affectée à l’école maternelle de BANDJA ville où je me trouve à l’heure actuelle. Journaliste www.groupementbabouantou.com  : Madame, pouvez-vous nous citer quelques enfants que vous aviez enseigné et qui aujourd’hui ont réussi dans leur vie ? Madame claire  : Entre autre , je pourrai citer DJANI EUGENIE qui est aujourd’hui dans le corps de la police, KOUEMO SENGHOR, feu CALICE paix à son âme, KAMENI, BILLY, KOLOKO et bien d’autres que j’ignore même de fois, puisque parfois certains m’accostent en cours de routes et me rappellent que j’étais leur maîtresse alors que dans ma mémoire, leurs souvenirs avaient disparu. Ils sont tellement nombreux partout de par le monde que je ne pourrai vraiment pas me mettre à les citer tous. Journaliste www.groupementbabouantou.com  : Quels conseils pourriez-vous donner à tous ceux que vous aviez enseignés et qu’aujourd’hui votre enseignement les manquent ? Madame claire  : Ce que je peux leur donner comme conseils, c’est de maintenir  leur travail chacun où il est et de prier tous les jours pour que le Seigneur puisse leur donner la force de persévérer malgré les obstacles rencontrés, ne pas envier autrui parce que cela risque de nous perdre car un proverbe nous  dit que « qui veux aller loin doit ménager sa monture ». Donc, il faut aller posément et  demander tout cours au Seigneur de nous aider à persévérer, être prêt à servir les gens.  Journaliste www.groupementbabouantou.com  : Pour tous ces jeunes qui sont entrain d’embrasser le métier de l’enseignement, que pouviez-vous leur  prodiguer comme conseil ? Madame claire  : Je leur demanderai d’être très patients pour pouvoir supporter les caprices des enfants, sinon ils feront ce que les règlements de l’éducation ne demandent pas. Ils doivent comprendre le problème de chaque élève et réussir à le résoudre sans s’emporter. Journaliste www.groupementbabouantou.com  : Nous vous remercions de nous avoir accordé un peu de votre temps précieux  afin de finaliser  cette interview et nous sommes persuadés que chaque fois qu’on aura besoin de votre expertise, vous serez toujours disponible. Madame claire : Bien sûr. Merci beaucoup et que le Seigneur nous protègent  et nous gardent. Bonne continuation dans vos projets très porteurs pour la population.
Differents villages de babouantou Activités Reunions et Associations Etudes Diaspora Elites Lives photos LIVRE D'OR Accueil GROUPEMENT BABOUANTOU
Aimer son frère c’est lui tendre la main
S.M Majesté KALEUK      MOUGOUE Pierre
S.E Paul BIYA      
Chef d’Etat de la republique du cameroun
Chef Supérieur Roi BABOUANTOU